Une session en mer à St-Malo!

A la fin du mois de juin, j’ai eu la chance de passer une semaine de vacances en Normandie et en Bretagne, des endroits malheureusement pas très réputés pour la chaleur de leurs mers… Cela ne m’a cependant pas freiné et j’ai saisi l’occasion d’être en bord de mer pour m’offrir une petite séance de nage en eau libre à St-Malo. Récit !

Pour être honnête, dès que j’ai su que j’allais me rendre à St-Malo, l’idée a commencé à trotter dans un coin de ma tête… mais elle n’y était pas venue toute seule ! Je suis en effet un fidèle lecteur de l’excellent blog DCRainmaker et Ray, l’auteur, avait déjà parlé dans un ou deux articles de sessions de natation en mer effectuées à St-Malo : il n’en fallait pas plus pour me donner envie de l’imiter.

Le voyage étant avant tout à but touristique (nous faisions découvrir la Bretagne aux parents de Tori), il me fallait donc me préparer consciencieusement de manière à pouvoir concilier tourisme et sport sans trop faire attendre notre petit groupe.

La veille de ma visite à St-Malo, j’ai donc commencé à me renseigner sur les horaires des marées. L’amplitude des marées dans la région est assez importante et je savais que pour effectuer une session intéressante, il me faudrait nager au plus près de l’heure de marée haute, 13h42.

Marées Saint Malo 28 Juin

Le lendemain, arrivés à St-Malo en milieu de matinée, nous avons donc un peu de temps avant que je me mette à l’eau. L’occasion d’effectuer un petit tour à pied autour du Fort National, accessible de manière pédestre à marée basse… mais isolé par la mer à marée haute !

A marée basse:20160628_060727

A marée montante:20160628_075731

C’est autour de ce fort que j’ai prévu de nager. Notre petite promenade matinale me permet également de tomber sur une carte montrant les zones dans lesquelles il est possible de nager ou pas. Heureusement, aucun risque n’est indiqué pour la zone sur laquelle j’ai jeté mon dévolu.

P1070238

Après avoir observé la mer monter, l’heure fatidique approche et je m’équipe donc en enfilant lycra, combi, bonnet et lunettes. J’attache également ma bouée de signalisation, un accessoire important pour moi que j’utilise dès que je peux lors de mes sorties en eau libre. Au-delà de l’aspect « sécurité », elle me permet également de prendre quelques affaire avec moi. Même si aujourd’hui je suis accompagné, je prends tout de même ma paire de chaussures avec moi – on ne sait jamais, c’est plus pratique si je pour une raison ou pour une autre je dois sortir de l’eau à un endroit imprévu et marcher pour rejoindre ma famille !

P1070249

Quelques secondes plus tard, je m’élance sous l’œil de quelques touristes un peu étonnés : je ne suis pourtant pas le seul nageur en eau libre de la région, j’ai le matin même vu une personne s’adonner au même plaisir.

P1070254

L’eau n’est pas aussi froide que je le craignais et parfaitement supportable en combinaison. Niveau visibilité, les conditions sont également plaisantes avec une eau claire permettant de voir à quelques mètres (on ne parle quand même pas de la Thaïlande !).

Après m’être élancé en visant un point imaginaire entre deux rochers, je contourne le fort. Une fois arrivé derrière le fort, je rencontre des courants assez forts par rapport à ceux présents jusque-là mais pas du tout inquiétants pour autant, même si l’adrénaline monte un peu : on ne sait jamais ce que la mer peut nous réserver et je préfère adopter une attitude prudent en toutes circonstances, d’autant plus que je ne connais pas particulièrement bien la région. Après une petite pause me permettant de resserrer la ceinture de ma bouée. Quelques minutes plus tard, la plage est déjà en vue et je suis bientôt de retour sur la terre ferme après un peu moins de 24’ d’effort modéré. Une expérience plaisante et sans mauvaise surprise !

P1070259

Au final, voici donc quelques conseils pour ceux qui souhaiteraient effectuer une session similaire :

  • Si vous ne connaissez pas personnellement la zone dans laquelle vous allez nager, effectuez quelques recherches sur les forums et les blogs de triathlètes afin de voir si la zone se prête bien à la nage en eau libre ;
  • A proximité de la zone de baignade, essayez de trouver une carte montrant s’il existe des zones interdites, par exemples des voies réservées à la navigation ou des courants trop forts.
  • Si possible, effectuez un repérage de la zone à marée basse : y’a-t-il des rochers dangereux ? Ou au contraire, des endroits intéressants auprès desquels vous souhaiteriez nager ?
  • Niveau équipement, un bonnet de couleur vive me semble obligatoire et j’utilise pour ma part toujours une bouée de signalisation.
  • Il est toujours préférable de nager à deux ou, comme c’était mon cas ici, d’avoir quelqu’un à terre qui vous surveille ou qui au minimum sait quand vous devriez normalement être revenus.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *